Électrosensibilité et électrohypersensibilité

Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook

Qu’est-ce que la sensibilité aux CEM ? En quoi cela diffère-t-il de l’hypersensibilité aux CEM ?

Puisque le préfixe hyper- signifie extrême ou excessif, c’est une indication d’un plus grand degré. Ce n’est pas une chose en noir et blanc, mais plutôt une échelle mobile.

En réalité, la différence entre l’hypersensibilité aux CEM et la sensibilité aux CEM réside dans le niveau d’impact ainsi que dans le moment des effets. Parce que nous sommes tous humains, avec la même biologie plus ou moins et les mêmes structures cellulaires, les CEM nous affectent tous. Ils ne sont pas nécessairement à un niveau qui est consciemment notable pour beaucoup.

Electro sensibilité une pathologie nouvelle en constante progression (source : CEM Expertise)

Cette  pathologie nouvelle, l’électrosensibilité, est une forme d’allergie particulière, récente, et en pleine progression dans nos pays industrialisés, qui se produit en présence de champs électromagnétiques.
Tout comme une allergie, celle-ci peut s’aggraver avec le temps. plus les expositions aux ondes « provocantes » se reproduisent, plus l’organisme devient sensible, réagissant à des doses de plus en plus faibles ou des gammes de fréquences ignorées jusque là. Une fois les premiers symptômes constatés, elle ne peut que s’accroître.
L’Association Suédoise des Electro-sensibles, la FEB fondée en 1987, est sans doute la plus active en Europe sur ce sujet, son site web en anglais constitue l’une des sources de référence les plus complètes et accessible.

(http//:www.feb.se)
En Suède, il y aurait entre 230000 et 290000 personnes atteintes de symptômes variés lorsqu’elles sont en contact avec des sources de champs électromagnétiques. (Soit entre 3.5% et 4,5% de la population)

Une personnalité politique Norvégienne électrosensible !

Le cas le plus connu est certainement celui de la Norvégienne Gro Harlem Brundtland.
Alors directrice de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), celle-ci a révélé son électro-sensibilité au public en 2002.
Cette femme d’une soixantaine d’année, personnalité politique de premier plan, qui a été plusieurs fois Premier Ministre de son pays est à l’origine du concept de développement durable, est en effet capable de détecter à quelques mètres de distance si un téléphone portable est allumé ou non.
Des tests menés avec ses propres collaborateurs confirment qu’elle tombe juste à tous les coups :

  • portée de son électro-sens : 4 mètres,
  • durée des migraines : 30 minutes à une heure, et ses symptômes sont identiques avec les téléphones sans fils d’intérieur.

Pour elle aussi, tout à commencé avec une sensation de chaleur autour de l’oreille, puis les maux de tête ont suivi.
Elle vit avec son électro sensibilité, elle écourte ses conversations passées sur les mobiles des autres, et se méfie désormais de son ordinateur portable « Si je le tiens pour lire ce qui est à l’écran, c’est comme si je recevais un choc électrique à travers les bras. »

Les symptômes

Certaines personnes sont plus sensibles à certains champs électromagnétiques : micro-ondes, ondes radio, très hautes fréquences, alors que d’autres sont plus sensibles aux courants électriques.

Symptômes les plus fréquents : Maux de tête (picotement en forme de casque sur la tête, douleurs intracrânienne, sensation d’étau ou d’arrachement sur et dans la tête, de chaleur intense ou de froid), douleur articulaire et/ou musculaire (genou, main…), fatigue, insomnie, acouphènes, perte de concentration, dépression, irritabilité, problèmes cardiaques, notamment tachycardie.

Les signes cliniques : perturbation du système endocrinien, du système neuro-immunitaire, du système cardio-vasculaire, du système nerveux, du fonctionnement des cellules de différents organes.
Les symptômes peuvent s’apparenter à d’autres troubles ou maladies. Ils sont également fréquemment rencontrés dans la population générale.

Certaines associations françaises estiment que de nombreuses personnes ignorent qu’elles souffrent d’électrosensibilité. Il devient de plus en plus difficile de pouvoir effectuer un diagnostic alors que nous baignons de plus en plus dans les champs électromagnétiques, notamment à haute fréquence.

Les sources de champs électromagnétiques:

  • Antenne de téléphonie mobile (jusqu’à au moins 600 mètres en campagne),
  • Téléphone mobile (10 mètres),
  • Téléphone fixe sans fil (DECT) et téléphone avec fil (dans une moindre mesure),
  • Appareils électroménagers,
  • Câbles électriques domestiques,
  • Ampoule fluo compactes (économiques),
  • Alarme sans fils,
  • Lignes à hautes-tension,
  • Ordinateur à son contact ou à son approche,
  • Wi-fi, Wlan,
  • Bluetooth,
  • Terminaux de payement sans fils (carte bancaire),
  • Four à micro-ondes,
  • Automobile (électronique embarquée, bobine d’alimentation de l’allumage du moteur),
  • Train,
  • Avion,
  • Radars.

Le courant alternatif des installations électriques domestiques est nocif pour le corps (Le sens du courant alterne 50 fois par seconde).

Les ondes hertziennes (ondes radio, micro-ondes, très hautes fréquences) sont nettement plus nocives lorsqu’qu’elles sont pulsées. Leur impact sur le corps humain dépend de leur fréquence, leur puissance et leur type de pulsation. Par exemple, à puissance égale, les antennes relais sont plus nocives que les émetteurs radio-FM.

Causes de l’électrosensibilité:

L’électrosensibilité serait causée par une intoxication chronique à :

  • des biocides : pesticides, herbicides, et tous produits contenant des biocides (produits de traitement du bois…),
  • des métaux lourds : palladium, mercure (provenant principalement des amalgames dentaires), aluminium…,
  • des produits chimiques : Epoxy, colles, dissolvants, plastiques (vapeurs dégagées par les composants électroniques des ordinateurs et appareils électroniques quand ils sont chauds), certains parfums. Tous ces polluants vont amoindrir et perturber le corps, rendant sa résistance plus précaire face aux perturbations provoquées par les champs électromagnétiques,
  • a un stress physique excessif.

Les moyens de protection

Les moyens de protection à mettre en œuvre pour diminuer la sensibilité et les symptômes occasionnés :

  • Eviter l’approche et le contact avec les appareils émettant ces champs, en utilisant au besoin des appareils de mesure (détecteurs de courants et de champs électriques, détecteur de radiofréquences et micro-ondes). La plupart des électrosensibles utilisent ou ont utilisé ce genre d’appareils afin d’apprendre et de comprendre comment les différentes sources rayonnent. Ces appareils sont beaucoup plus utilisés dans d’autres pays comme l’Allemagne, la Suède, notamment par des personnes non-électrosensibles, afin de limiter et de se préserver des différentes sources.
  • Utiliser les produits Clean-Waves et Body Guard : ils sont les seuls sur le marché à être équipés de notre dispositif faisant l’objet d’un brevet international et à pouvoir démontrer leur efficacité. Tous les produits de notre gamme bénéficient de la garantie : « satisfait ou remboursé »

Actions possibles pour diminuer les symptômes :

  • Se préserver des produits chimiques : biocides, produits chimiques industriels.
  • Se préserver des champs électromagnétiques par évitement et/ou protection.
  • Se faire retirer, le cas échéant, les amalgames dentaires en bouche en respectant un protocole très rigoureux. Envisager une détoxication (chélation) aux métaux lourds
  • Prise d’anti-oxydants (vitamine groupe B, vitamine C, acide alpha-lipoïque, NAC ou N-acétyl-cystéine, sélénium…).

 

Les métaux dans le corps:

Les métaux réémettent partiellement les ondes qu’ils reçoivent.
Les amalgames dentaires, prothèses dentaires, prothèses métalliques (titane), prothèses orthopédiques, en plus d’être des récepteurs électromagnétiques, perturbent les voies de communication des tissus/cellules du corps (interférant avec les méridiens d’acupuncture, et engendrant une supra-conductivité entre les différents tissus du corps humain).

Reconnaissance de la maladie:

Depuis 2009 l’électro sensibilté est reconnue comme une patholoie réelle en France.

Les médecins la connaissant sont rares. Des erreurs de diagnostic sont quotidiennes : confusion avec la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique ou en qualifiant la maladie de maladie psychosomatique, de maladie mentale (schizophrénie ou de syndrome dépressif).

En Angleterre, en Allemagne, en Suède, et dans certains Etats des Etats-Unis la maladie est soignée et reconnue.

En cas d’éléctro-sensibilité nous vous invitons à contacter l’ARTAC (Association de Recherche Thérapeutique Anti-Cancéreuse) présidée par le Professeur Belpomme, et qui propose  une consultation sur cette pathologie en croissance constante.