Les dangers du téléphones portables

Share on linkedin
Share on twitter
Share on facebook

DES TESTS INDÉPENDANTS SUR DES TÉLÉPHONES CELLULAIRES POPULAIRES MONTRENT QUE LE RAYONNEMENT DÉPASSE LES LIMITES DE SÉCURITÉ DU GOUVERNEMENT

Récemment, le 21 août 2019, le Chicago Tribune a révélé qu’au cours de la dernière année, il avait engagé un laboratoire réputé et reconnu par la FCC pour tester 11 téléphones cellulaires populaires afin d’y déceler des radiofréquences.  Ils ont utilisé les mêmes tests que les compagnies de téléphone cellulaire elles-mêmes utilisent pour tester leurs téléphones afin d’obtenir l’approbation de la FCC.  Les résultats de ces tests indépendants vont faire sourciller : plusieurs des téléphones testés dépassent considérablement les limites de sécurité gouvernementales auxquelles ils prétendent se conformer.

La Commission fédérale des communications (FCC) est chargée de veiller à ce que tous les nouveaux téléphones mis sur le marché soient soumis à des tests approfondis pour s’assurer qu’ils exposeront l’utilisateur d’un téléphone cellulaire à un rayonnement inférieur à la limite de sécurité fédérale.  Cette limite de sécurité s’appelle le débit d’absorption spécifique (DAS) et mesure la quantité de rayonnement absorbée par le corps à une certaine distance (habituellement de 5 à 15 millimètres), à la plus haute émission de rayonnement que le téléphone émettrait.  La limite de sécurité actuelle, qui a été établie il y a plus de 20 ans, est de 1,6 watt par kilogramme, en moyenne sur un gramme de tissu.  Pour qu’un téléphone soit approuvé par la FCC pour être vendu sur le marché, il faut que l’appareil  » ne dépasse jamais  » cette limite de sécurité.

Le RF Exposure Lab de San Marcos, en Californie, est un laboratoire d’essai accrédité et reconnu par la FCC.  Depuis 15 ans, ils effectuent des tests pour les entreprises de téléphonie mobile qui cherchent à obtenir l’approbation de la FCC pour leurs nouveaux produits.  Le propriétaire du laboratoire, Jay Moulton, affirme que tous les tests qu’ils ont effectués pour le Chicago Tribune étaient conformes aux règles et aux lignes directrices de la FCC.  M. Moulton ne s’attendait certainement pas aux résultats qu’il a trouvés.

Lors des premiers tests, où le téléphone a été placé à la même distance des fluides corporels simulés que les tests du fabricant, 4 des 11 téléphones ont été testés bien au-delà des limites de sécurité.  Il faut noter en particulier le iPhone 7 d’Apple, l’un des téléphones cellulaires les plus populaires jamais vendus.  Il a été testé bien au-delà de la limite de sécurité, et à environ deux fois le niveau annoncé par Apple.  Encore plus révélateur est le résultat du deuxième test effectué par le laboratoire, à une distance encore plus proche (2 millimètres) qui imite la distance du téléphone par rapport au corps lorsqu’il est porté dans une poche, ce que la plupart des gens font de nos jours.  Ce test de proximité a augmenté l’exposition au rayonnement de la plupart des téléphones de 2 à 5 fois au-dessus de la limite de sécurité !

Comment les tests ont-ils été effectués ?

Les tests commandités par le Chicago Tribune représentent l’une des enquêtes indépendantes les plus complètes de ce genre.  Sam Roe, le journaliste d’investigation impliqué dans ce projet et le rapporteur des résultats, a remporté un prix Pulitzer en 2008 pour son superbe journalisme d’investigation, et a été finaliste du prix Pulitzer à quatre autres occasions.

Les téléphones testés comprenaient quatre modèles d’iPhone d’Apple, trois modèles de Samsung Galaxy, trois téléphones Moto de Motorola et un Vivo de BLU, tous achetés neufs dans le seul but des tests.  Plusieurs iPhone 7 ont été testés, car les résultats initiaux étaient si élevés qu’ils voulaient faire une double vérification, juste au cas où le premier serait un téléphone défectueux.

Avant de procéder aux tests, Moulton a passé en revue les données et les variables de test exactes que chaque société avait utilisées lors de ses tests de conformité initiaux, qui sont disponibles publiquement sur le site Web de la FCC, et a reproduit exactement les conditions de test initiales pour chaque modèle de téléphone.  Cela signifie que la bande, la fréquence et le canal autorisés ont été testés pour chaque téléphone.  Ensuite, chaque téléphone a été placé sous un bac de liquide spécialement formulé pour reproduire les tissus du corps humain.  Un simulateur de station de base situé à proximité a été utilisé pour passer un appel au téléphone, puis les réglages ont été ajustés jusqu’à ce que le téléphone fonctionne à sa pleine puissance.  Un bras robotisé déplaçait ensuite le téléphone à différentes positions dans le liquide, toutes à moins de 5 à 15 millimètres de la surface (ou 2 millimètres pour le deuxième essai), et une sonde prenait 276 mesures distinctes du liquide pour déterminer le rayonnement absorbé, ce qui permettait ensuite de déterminer le taux de DAS pour ce téléphone.

C’est exactement comme cela que tous les nouveaux modèles de téléphone sont testés pour l’approbation de la FCC.   » Nous ne faisons rien d’extraordinaire ou de différent ici « , a déclaré M. Moulton. Tout laboratoire qualifié « devrait pouvoir prendre un téléphone sur l’étagère et le tester pour voir s’il répond aux exigences. »

Les compagnies de téléphones n’aiment pas les résultats

Le rapport de laboratoire de 100 pages sur les résultats des tests a été envoyé à Apple, Samsung, Motorola, BLU et la FCC.  Apple a contesté les résultats, affirmant que les tests n’avaient pas été effectués de manière à pouvoir évaluer correctement les iPhones, mais lorsqu’on lui a demandé, elle n’a pas dit exactement ce qui n’allait pas avec les méthodes, ni comment elle mesurait le rayonnement RF de ses propres téléphones.  Néanmoins, en réponse à leurs conclusions, le laboratoire a décidé de tester à nouveau les iPhones (y compris un autre) dans des conditions légèrement modifiées, dans l’intention de s’assurer que les capteurs de proximité intégrés du téléphone sont activés, ce qui est censé réduire la puissance lorsqu’il est en contact avec des tissus humains.  Pour une raison quelconque, pour la plupart des iPhones (y compris l’iPhone 7), le DAS est revenu avec des résultats encore plus élevés de ce test modifié !

Apple a ensuite déclaré qu’elle avait personnellement examiné et validé tous les modèles de téléphones dans le test du Tribune, sans toutefois expliquer exactement ce qu’elle entendait par le terme  » examen minutieux et validation subséquente « .

Le problème avec les tests Samsung est que tous les tests de conformité effectués étaient à 10-15 mm du corps, une distance de mesure qui est dans les lignes directrices de la procédure de test de la FCC, mais plus loin que la distance d’exposition de la tête et dans la poche par les utilisateurs réels.  Lorsqu’ils sont mesurés à une distance plus proche et plus réaliste pour une utilisation courante, leurs modèles de téléphone dépassent de loin le niveau de sécurité SAR.  Samsung n’a pas voulu commenter les résultats des tests individuels des téléphones, et a simplement déclaré que leurs appareils vendus aux États-Unis  » sont conformes aux règlements de la FCC « .

Motorola a contesté les résultats très élevés de son Moto e5 Play, déclarant que les tests ne devaient pas avoir déclenché le capteur de proximité.  Cela a soulevé la question dans l’esprit de M. Moulton, à savoir que les capteurs de Motorola peuvent ne pas fonctionner de façon uniforme, ce qui pourrait exposer les utilisateurs à des niveaux de rayonnement beaucoup plus élevés, en raison du fonctionnement imprévisible des capteurs.  Motorola déclare que, puisque leurs techniques de gestion de l’énergie sont hautement confidentielles, le laboratoire indépendant du Tribune n’a pas eu accès aux bonnes informations pour produire des résultats précis sur leurs téléphones.

Cependant, les règles établies par la FCC exigent que les tests de rayonnement de radiofréquence soient effectués  » d’une manière qui permette une évaluation indépendante « .  La rétention d’informations qui pourraient affecter les résultats de tests indépendants n’est pas autorisée.

Motorola a fait un suivi plus tard, disant qu’elle avait testé à nouveau ses téléphones dans un laboratoire de son choix, et qu’elle avait constaté qu’ils étaient dans les limites appropriées.  Lorsqu’on leur a demandé, ils ont refusé de partager la façon dont ils ont testé leurs téléphones, et n’ont pas voulu partager leurs rapports de laboratoire.

La FCC ne s’est pas donné la peine de commenter les résultats des tests, disant simplement qu’elle examinerait certains des modèles de téléphones dans le cadre de l’enquête.

Qu'est ce qui ne va pas avec les normes gouvernementales actuelles en matière de rayonnement

La réglementation actuelle de la FCC concernant le taux de DAS a été établie en 1996 et n’a pas été modifiée depuis, même face à la nouvelle technologie des téléphones cellulaires et aux nouvelles façons dont les gens utilisent leurs téléphones cellulaires.  La distance maximale à laquelle un téléphone pouvait être testé pour être conforme était de 25 millimètres, ce qui est beaucoup plus éloigné du corps que la distance à laquelle les utilisateurs d’aujourd’hui gardent leur téléphone.  La distance de 25 mm a été fixée parce que dans les années 90, les gens portaient souvent leur téléphone à clapet sur des pinces de ceinture, qui se trouvaient à environ un pouce de leur corps.  Plus personne n’utilise de clip ceinture, et le plus souvent, le téléphone est porté dans une poche ordinaire, qui n’est généralement qu’à 2 mm du tissu corporel !  Les lignes directrices n’ont pas été mises à jour pour refléter les nouvelles habitudes des utilisateurs, et les utilisateurs n’ont pas été avertis adéquatement des dangers potentiels de garder leur téléphone aussi près d’eux.

En 2012, le Government Accountability Office (l’organe de recherche du Congrès) a suggéré que la FCC réévalue les limites d’exposition et les exigences de test, parce que les téléphones n’ont pas été mesurés par rapport au corps.  La FCC a mis sept ans pour arriver à sa conclusion, à savoir que les limites de sécurité actuelles sont toujours adéquates et qu’aucun changement n’est nécessaire.

Une autre préoccupation concernant la réglementation actuelle est qu’elle ne tient pas compte des populations vulnérables : les enfants, les adolescents et les femmes enceintes.  Selon un rapport de 2019, 29 p. 100 des adolescents américains dorment avec leur téléphone cellulaire dans leur lit !  La limite de sécurité en matière de R-S a été établie en se basant sur la tête et le corps d’un homme très grand (ils ont utilisé le personnel de l’armée).  Les enfants ont une tête plus petite et un crâne plus mince, et le cerveau en développement est très vulnérable aux rayonnements non ionisants, ce que de nombreuses études ont déjà démontré.

On ne tient pas compte non plus de l’exposition à long terme.  Les règlements sont établis en fonction des effets immédiats, sans tenir compte des nombreuses décennies d’exposition constante aux téléphones cellulaires et autres rayonnements non ionisants que la plupart des gens modernes, surtout les jeunes, subiront au cours de leur vie.

Enfin et surtout, les normes de sécurité du DAS sont basées sur l’hypothèse (prouvée erronée) que l’effet thermique des téléphones, qui est mesuré par les tests DAS, est la seule façon dont les téléphones cellulaires peuvent causer des dommages.  Il existe plusieurs autres mécanismes éprouvés par lesquels les radiofréquences causent plus de dommages que par le seul effet thermique !

Comment pouvons-nous nous protéger ?

Il est clair que les compagnies de téléphone cellulaire et la FCC n’ont pas notre santé et nos meilleurs intérêts à l’esprit, alors nous sommes laissés à nos propres choix pour nous protéger.  La plupart des gens ne vont pas abandonner complètement leur téléphone cellulaire, mais il y a des choses que vous pouvez faire pour réduire considérablement votre exposition.

Tout d’abord, ne portez jamais votre téléphone cellulaire dans votre poche (à moins qu’il ne soit réglé en mode avion), ne dormez jamais avec votre téléphone cellulaire près de vous (ou allumé) et ne tenez jamais votre téléphone à la tête lorsque vous parlez.  Il est préférable d’utiliser un téléphone à haut-parleur ou un casque AirTube pour faire des appels.  Limitez l’exposition de vos enfants au téléphone cellulaire et soyez prudent pendant la grossesse et autour des bébés.

La protection la plus efficace reste notre technologie mondialement brevetée (la seule à ce jour) qui a fait preuve de son efficacité. Achetez un bracelet Body Guard qui vous protègera contre toutes les ondes de toutes les fréquences et obtenez gratuitement en cadeau un patch à coller sur votre téléphone. Vous ne subirez ainsi plus les agressions des ondes sur votre organisme et votre téléphone ne chauffera plus lorsque vous l’utiliserez. Finis aussi les maux de tête après une conversation de plus de 10 minutes.